concert

Schubert in love

Rosemary Standley et l'Ensemble Contraste

concert
mercredi 23 novembre
concert

Schubert in love

Rosemary Standley et l'Ensemble Contraste

mercredi 23 novembre à 20h30

Concert
1h15

Une partie du génie de Franz Schubert se niche dans le charme indicible de ses mélodies venues d’un autre temps. Ce chant du coeur traverse les époques qui passent, affublées de leur attirail de modes et d’influences, toutes aussi périssables.
Mais sans jamais les laisser l’altérer, il marque durablement de sa nostalgie douce et poignante, la mémoire collective.
C’est dans cette fulgurance et permanence que Rosemary Standley et l’Ensemble Contraste ont voulu puiser pour déclarer leur amour à cet artiste au destin trop fugace hélas dans le monde des vivants.
« Schubert in Love » se présente ainsi comme un hommage amoureux au jeune Maître, convoquant principalement l’essence même de l’oeuvre schubertienne à travers ses Lieder mais aussi des pièces instrumentales que nous avons sélectionnées subjectivement.
Cette rencontre entre une chanteuse issue du monde folk, un ensemble de musique de chambre aux influences classiques et jazz et un compositeur classique, Franz Schubert, signe la démarche d’ouverture du spectacle « Schubert in Love ».
Johan Farjot, directeur musical Ensemble Contraste

« J’ENTENDS DANS LA MUSIQUE DE SCHUBERT QUELQUE CHOSE QUI M’EST COMPLÈTEMENT FAMILIER » ROSEMARY STANDLEY

Vous explorez et teintez de votre timbre singulier des répertoires aux horizons multiples. Qu’est-ce qui vous inspire aujourd’hui ce voyage schubertien ?

Schubert est depuis longtemps avec moi. Je l’ai découvert par l’intermédiaire de son cycle du Voyage d’hiver lorsque je faisais mes études au conservatoire du XXe arrondissement, à Paris. Grâce à mon professeur de solfège d’alors, Jean-Marc Pont, j’en ai eu une approche très ouverte, nourrie de tout ce qui constituait le contexte et les influences culturels de cette époque. J’en ai été profondément marquée.
J’écoute souvent la musique de Schubert, quand je suis seule… J’aime beaucoup Thomas Quasthoff, ou Ian Bostridge, qui a publié ce livre, Le Voyage d’hiver de Schubert (Actes Sud), et qui en fait une interprétation intéressante. J’avais déjà chanté deux lieder du Voyage d’hiver avec Moriarty et le Quatuor Ardeo, dans une version très rock. Je ne sais ce qui, dans cette musique me touche, profondément sombre et qui m’atteint toujours, me bouleverse. J’entends dans la musique de Schubert quelque chose qui m’est complètement familier, dans la ritournelle, dans le rapport à la musique traditionnelle.
Je sens que nous ne sommes pas très loin de la chanson, en tout cas de la musique populaire. Je sens cette reconnaissance d’un univers dans lequel je suis bien. Sa musique laisse la place à une histoire qui se raconte, et elle est toujours empreinte d’une certaine mélancolie – un peu comme dans le folk américain, d’où je viens.

Le programme de la soirée
Irrlicht (Winterreise D911 n°9) : Chant, alto, contrebasse, percussions, guitare, piano
Wasserfluth (Winterreise, D.911 n°6) : Chant, alto, percussions, contrebasse, guitare, piano
Heidenroslein, D.257 : Chant, alto, percussions, contrebasse, guitare, piano
Arpeggione D821: Piano, contrebasse, percussions
Ständchen (Schwanengesang D.957 n°4) : Chant, alto, guitare, piano, percussions, contrebasse
Du bist die Ruh D.776 : Chant, alto, contrebasse, percussions, piano
Gute Nacht (Winterreise, D.911 n°1) : Chant, contrebasse, percussions, guitare, piano
Trockne Blumen (Die schöne Müllerin, D.795 n°18) : Chant, alto, piano, percussions, contrebasse, guitare
Der Tod und das Mädchen D531 : Chant, alto, piano
Ave Maria D839 : Alto, piano, contrebasse, percussions
Auf dem Wasser zu singen D774 : Chant, piano, alto, contrebasse, guitare, percussions
An Sylvia D.891 : Chant, piano, alto, contrebasse, percussions, guitare

  Teaser de présentation

Rosemary Standley

Avant d’arriver sur les hautes cimes de Moriarty, Rosemary Standley a ainsi gravi en parallèle le versant ô combien luxuriant du folk américain, en suivant notamment les traces de son père musicien Wayne Standley, et celui, escarpé mais pas moins fertile, du chant lyrique, appris au conservatoire à Paris.
Depuis dix ans, loin de se conformer à l’impératif monomaniaque de sa seule carrière au sein de Moriarty avec qui elle a tourné dans le monde entier, elle ne cesse de s’ouvrir des pistes de recherche et de varier les plaisirs, que ce soit en se promenant aux points de jonction avec le théâtre musical (Private Domain, création de Laurence Equilbey, A Queen of Heart mis en scène par Juliette Deschamps…) ou en se ménageant des échappées belles qui lui creusent d’autres perspectives musicales – voir The Lightning 3, avec Brisa Roché et Ndidi Onukwulu ; le Wati Watia Zorey Band, tribute band créé avec Marjolaine Karlin en hommage au poète et musicien réunionnais Alain Péters.

En 2015, elle créé et enregistre Love I Obey, projet reliant les univers de la musique baroque anglaise et du folk américain, avec le Bruno Helstroffer’s Band.

En 2016, elle reçoit le premier prix d’interprétation féminine au Verona International Film Festival pour son tout premier rôle dans le court-métrage Harmonies d’Eurydice Calmejane.
Elle contribue régulièrement à des expériences radiophoniques, mais aussi de jeu et d’écritures musicales pour des fictions et des films. Sylvain Griotto, Kristine Salem, l’Orchestre National de France font partie de ses récents collaborateurs.

En 2019-20, elle collabore avec Fantazio, en duo ; elle tourne avec Lewis versus Alice, mis en scène par Macha Makeïeff, créé en Avignon en juillet 2019 ; le duo Birds on a Wire qu’elle forme avec la violoncelliste brésilienne Dom La Nena, fait paraître en janvier 2020 son deuxième album, assorti d’une grande tournée de concerts : dont un accueilli ici à l'Avant-Scène Cognac.

ENSEMBLE CONTRASTE

Direction artistique - Arnaud Thorette
Direction musicale et arrangements - Johan Farjot

Créé au début des années 2000 par Arnaud Thorette et Johan Farjot, l’Ensemble Contraste réunit des musiciens parmi les plus talentueux de leur génération, lauréats de concours internationaux et invité de prestigieux festivals français et européens. Il s’est produit dans une quinzaine de pays et a enregistré une vingtaine de disques salués par la critique (FFF Télérama, Diapason d’or ou Choc de Classica). La recherche de ses propres arrangements musicaux offre une programmation allant de la musique baroque à la création contemporaine, du tango au jazz et à la comédie musicale. L’Ensemble Contraste collabore avec des artistes parmi lesquels Karine Deshayes, Magali Léger, Philippe Jaroussky, Sandrine Piau, Albin de la Simone ou Emily Loizeau. Il fonde en 2009 son propre label discographique et produit Tous en coeur, un événement télévisé sur France 2 en faveur de SOS Villages d’enfants et plus récemment le conte musical Georgia - Tous mes rêves chantent paru chez Gallimard Jeunesse. L’ensemble Contraste est en résidence artistique dans le Pas-de-Calais où il s’investit dans un programme d’actions culturelles à destination de publics éloignés de l’art.

Distribution

Rosemary Standley - chant

Arnaud Thorette - alto

François Aria - guitare

Laure Sanchez - contrebasse

Jean-Luc Di Fraya - percussions

Johan Farjot - piano

Vincent Huguet - Mise en espace

Anne Muller - Création lumière

Clémence Pernoud - Création costume

Mentions

coproduit par l’Abbaye de Noirlac - Centre culturel de rencontre, le Théâtre de Saint Quentin en Yvelines, Contraste Productions.

Production déléguée : Contraste Productions.

Avec le soutien du FCM, de la Région Ile de France, de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.